Œuvres d’Art

8 résultats affichés

Lamandé Sylvie – Métamorphose

Description: Ce chiffon d’atelier maculé de taches, traces de mon travail plastique, fait émerger un monde habité de forme cellulaires et plasmatiques. Partir des zones ombrées et sombres donne lieu à la création d’êtres hybrides dont les micro tentacules laissent entrevoir l’éventualité d’une métamorphose en cours. Ce sont des êtres en devenir qui nous sont donnés à voir et qui prennent source sur un terreau textile, tel une matrice dont les tons bruns laissent supposer qu’il s’agirait d’un univers de terre et de souterrains avec les reliefs de galeries sur lesquels une vie nouvelle se dessine. Ce réseau de cellules suggère la possibilité d’un monde à venir, message d’espoir. La scène présentée tente de toucher et émouvoir le regardeur afin de lui faire vivre au plus près, au plus profond une nouvelle perception du monde et lui offrir la possibilité de s’y inscrire de manière symbiotique. Ce serait un jardin d’espoir qui sous-entend la notion de résistance telle que l’entend le jardinier paysagiste Gilles Clément lorsqu’il avance que « La résistance fonde les bases d’une histoire à venir où se joue l’équilibre des sociétés humaines et des milieux dans lesquels elle évolue et dont elle tire constamment parti. Pour les êtres rejetés dans l’ombre elle offre une plage de lumière, une perspective, un territoire mental d’espérance. » (gillesclement.com, Le Rayol, 9 mai 2007) La mise en espace de la métamorphose que je propose ici fait aussi écho aux propos d’Edgar Morin qui explique que « l’idée de métamorphose, plus riche que l’idée de révolution, en garde la radicalité transformatrice, mais la lie à la conservation de la vie, de l’héritage des cultures. » (Edgar Morin, Eloge de la métamorphose, Le Monde, 09/01/2010)

Réalisé par: Lamandé Sylvie
Format: 23 x 36 cm
Technique utilisée: Encre, brou de noix, acrylique, Posca sur drap
Année de création: 2020

450,00

Lamandé Sylvie – Réseaux

Description: Les chiffons d’atelier rendent compte d’une histoire étagée. Véritables palimpsestes, ils nous disent leurs fonctions au fil du temps et s’ornent progressivement de traces de vies multiples et successives.
« Réseaux » nous donnent à voir les stigmates de recherches plastiques tâtonnantes et figurent des espaces diffus, sortes de gouffres opaques où tout peut se projeter. Des galeries noires et brunes laissent à penser un monde autre où il est possible de se perdre. Mais, au même moment, il nous semble entrevoir l’opportunité de se fondre dans ce dédale obscur. La trame entrelacée, réalisée à partir d’un fil de fer, vient se poser sur cet espace sous-jacent et semble offrir l’éventualité d’une protection. Elle permettrait de se hisser vers ce réseau afin de se fondre avec le fil, signifiant le lien et le cheminement. Le médium textile met en avant un matériau pauvre d’où, par différentes opérations plastiques, il est possible de faire sentir à quel point le destin de l’humanité est lié à l’histoire du textile que ce soit pour les besoins de la vie quotidienne ou pour des activités en lien avec des préoccupations existentielles et esthétiques. Le textile permet d’exprimer, par le traitement auquel il est soumis, les problématiques humaines en lien avec des questions philosophiques, sociales et environnementales.
On pourrait conclure avec Tim Ingold, s’agissant de ces entrelacs retraçant des lignes de vies que « Suivre un trajet est le mode fondamental que les êtres vivants, humains et non humains, adoptent pour habiter la terre. L’habitant est plutôt quelqu’un qui, de l’intérieur, participe au monde en train de se faire et qui, en traçant un chemin de vie, contribue à son tissage et à son maillage. » (Tim Ingold, Une brève histoire des lignes)

Réalisé par: Lamandé Sylvie
Format: 24 x 40 cm
Technique utilisée: Encre, brou de noix, acrylique sur tissu, fil de fer crocheté
Année de création: 2020

450,00

Coudert Michèle – Ophidienne influenceuse (définitivement déconnectée )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
Persuadée de son importance, cette femme ne vivait que pour les réseaux sociaux. Encore rivée à son téléphone portable, les seuls réseaux qu’elle serpente maintenant sont souterrains et ne captent plus aucun signal.

Réalisé par: Coudert Michèle
Format: 24×30 cm
Technique utilisée: Technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00

Coudert Michèle – Dragon de la Phynance ( décroissant malgré lui )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
Ce dragon symbolise la puissance et l’avidité de notre modèle économique.
Par trop d’exploitation des ressources et des êtres, ce système ubuesque a fini par s’auto-détruire. Depuis la catastrophe, cette hydre erre sans fin dans les sous-sols à la recherche d’un argent bien inutile maintenant.

Réalisé par: Coudert Michèle
Format: 24×30 cm
Technique utilisée: Technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00

Coudert Michèle – Scarabée climatosceptique ( toujours dans le déni )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
Malgré les rapports du GIEC et les changements déjà constatés, celui-ci fut surpris par la catastrophe. Sa transformation lui fera peut-être comprendre et admettre sa responsabilité dans ce désastre.

Réalisé par: Coudert Michèle
Technique utilisée: Technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00

Coudert Michèle – Cloporte à manteau ( fashion victim )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
Ce personnage est une victime de toutes les modes, le luxe mais aussi la fast-fashion.
Sa passion pour la fourrure ou les plumes, sa consommation frénétique de nouveaux vêtements, l’ont conduit à se transformer en un animal beaucoup moins glamour !

Réalisé par: Coudert Michèle
Technique utilisée: Technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00

Coudert Michèle – Bicéphalopodes publicistes ( parce qu’ils le valaient bien )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
La publicité nous fabrique des besoins, nous invite sans cesse à consommer. Elle nous dit que le bonheur est dans la satisfaction immédiate de nos envies.
Ces publicitaires, si bien coiffés par une grande marque de cosmétiques, trouveront-ils le bonheur dans leur nouvel état ?

Réalisé par: Coudert Michèle
Format: 24×30 cm
Technique utilisée: Technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00

Coudert Michèle – Si-Reine de la nuit ( espèce en “voix” d’extinction )

Description: Cette oeuvre fait partie d’une série inspirée par votre thème “Utopie souterraine”.
j’ai créé 6 personnages hybrides, archétypes de nos sociétés malades.
Cette sirène symbolise les formes de spectacle superficielles mais très suivies: téléréalité, stars de la chanson formatées, faux luxe…
Mais, entre extinction de voix et voie d’extinction, elle devient inaudible.

Réalisé par: Coudert Michèle
Format: 24×30 cm
Technique utilisée: technique mixte.Collage papier, textile, acrylique
Année de création: 2022

240,00